Anasillage, Mille Routes et Ricochets vous convie dans un monde de légende ténébreux qui raconte la terre et nous immerge avec délice dans la cosmogonie andine. Yawar Pampa : la découverte d’une transmission orale de la tradition par une grand-mère à son petit-fils. Yawar Pampa de l’auteur brésilien Edgar W. Sandoval Yugar : chapitre 22 : « The black widow and the carriage of fire ».

P1020728

Le terme Yawar Pampa ou » plaine de sang » fait référence à la ville maudite et à son peuple maudit décrit dans ce recueil de légendes. Au texte original en espagnol du livre, suit le texte en anglais ci-après, et sa traduction en français dont vous pardonnerez l’approximation. 

Chapitres précédents : 1/J+33 ; 2/J+38 ; 3/J+41 ; 4/J+45 ; 5/J+51 ; 6/J+55 ; 7/8 août ; 8/12 août ; 9/15 août ; 10/17 août ; 11/22 août ; 12/29 août ; 13/3 septembre ; 14/6 septembre ; 15/12 septembre ; 16/14 septembre ; 17/21 septembre ; 18/24 septembre ; 19/28 septembre ; 20/6 octobre ; 21/15 octobre.

https://anasillage.com/2017/07/06/j33actualitespacha-amour-et-sac-a-dos6-juilletrencontre-avec-la-legendeyawar-pampatierras-de-sangreedgar-w-sandoral-yugarchap-1el-camino-y-la-pampa/ « >chapitre 1 </h2>

https://anasillage.com/2017/09/28/28-09actualitesrencontre-avec-un-monde-de-legendeyawar-pampaedgar-w-sandoval-yugar-chap-19-el-ayu-supay-le-bebe-demoniaqueanasillage/ « >chapitre 19 </h2>

https://anasillage.com/2017/10/15/15-10-actualitesrencontre-avec-un-monde-de-legendesyawar-pampatierras-de-sangreedgar-w-sandoral-yugarchap-21-el-kharisiri-the-kharisiri-le-vampireanasillage/  « >chapitre 21 </h2>

 

P1030522

chapitre 22 : « The black widow and the carriage of fire ».

I covered my face with my hands to avoid seeing the terrible scene that I had in front of me. As I left Clotilde’s home I saw Genaro entering his hut calmed and with impunity. I hated him and I hated all of them, because at that time I considered them part of the murder. Clotilde’s murder.

Je me couvris le visage avec mes mains pour éviter de voir la terrible scène que j’avais devant moi. En quittant la maison de Clotilde, je vis Genaro entrer dans sa hutte, apaisé et impuni. Je le détestais et je les détestais tous, car à ce moment-là je les considérais comme ayant pris part dans le meurtre. Le meurtre de Clotilde.

She was a crazy woman but she was a human being like everyone else and had the natural right to life. She shouldn’t have died for me to live, and knowing that it had been like that game me such guilt.

C’était une femme folle mais elle était un être humain comme tout le monde et avait le droit naturel de la vie. Elle n’aurait pas dû mourir pour que je vive, et sachant que cela avait été comme ce jeu je me sentais coupable.

I went home with grief harassing my soul, I packed my backpack and thought about leaving immediately from that damned place, or die trying, because I wasn’t willing to suffer one more day the torments that the evil sons of Wari imposed us. From that moment I trace my own destiny.

Je rentrai chez moi avec le chagrin qui me harcelait l’âme, je faisais mon sac à dos et je pensais à partir immédiatement de ce lieu maudit, ou à essayer de mourir, parce que je n’étais pas prêt à souffrir encore un jour de plus imposé par les mauvais enfants de Wari (déesse de la fertilité du monde du dessous). À partir de ce moment je trace ma propre destinée.

While packing I realized that I would never complete my task if I went alone. I had to find a partner. It was so that I went to talk to John, who was the ideal candidate to come along on this hard journey. I found him working in the fields and I told him I needed to talk to him alone, he told me to go to his house to talk.

Tout en faisant le sac je réalisais que je ne finirais jamais mon projet si je partais seul. Je devais trouver un partenaire. C’est pour cela que j’allais parler à John, qui était le candidat idéal pour ce long voyage. Je le trouvais dans les champs et lui disais que j’avais besoin de lui parler seul, il me dit d’aller avec lui à sa maison pour parler.

When I entered the hut I saw that John was way more prepared than me to run away. He had excellent quality Mountaineering equipment, backpack, pocket knife, military knife, camping pots, ropes, climbing chairs, links a crossbow and everything you could think of to survire outdoors. I was amazed with all that stuff, but it was a great irony that in other times I would have not even considered worth it to give a look.

Quand j’entrais dans la hutte de John, je voyais que John était bien plus préparé que moi à s’enfuir. Il avait un excellent équipement d’alpinisme, sac à dos, couteau de poche, couteau militaire, des pots de camping, des cordes, des chaises d’escalade, des liens d’une arbalète et tout ce que l’on pourrait penser pour survivre à l’extérieur. J’étais étonné de tout cela, mais c’était une grande ironie qu’à d’autres moments je n’aurais pas jugé utile d’y jeter un coup d’oeil.

I went straight to the point and clearly and succinctly informed him of my escaping plans.

– I’m thinking of getting out of here -I said dryly- Are you coming with me?

J’allais droit au but et clairement et succinctement je l’informais de mes projets d’évasion.

– Je pense sortir d’ici – je disais sèchement- venez-vous avec moi?

John was stunned by the untimely proposal, but you could see in his face that he had already thought about it, or had even tried to escape, but answered calmly and measuring his words.

– No creer correcto. I don’t think it would be wise to escape -protested -Nosotros poder die trying. En la otra mano, we can’t escape, I tried it with me equipment and always return to the same place. Ser peligroso. We could die trying…

John était assommé par la proposition inopportune, mais l’on pouvait voir sur son visage qu’il y avait déjà pensé, ou avait même essayé de fuir, mais il répondit calmement en mesurant ses mots.

– Je ne pense pas cela bon. Je ne pense pas qu’il soit prudent de s’enfuir -Nous pouvons essayer-. De toute manière, nous ne pouvons nous enfuir, j’ai essayé avec mon équipement et toujours je suis revenu à la même place. C’est dangereux. Nous pourrions mourir en essayant.

– In the first place this isn’t life, this is worse than death. Second, I know where we can get out, and the exit isn’t by the road…

– Si, but that information you got it from Don Genaro, so is unreliable.

– The one who told me was Anselmo as a condenado, and I trust him even though he’s dead.

– Lo siento, pero either way, if he’s a condenado he surely wants our death.

– I don’t care, I’m leaving now. I’ll take all the supplies I have, my things and I’ll leave.

– Donde? Where do you think to get out from?

– By the pampas, it’s the flattest place, I have a sketch and some weapons…

– No ser seguro. I don’t think I can go with you, maybe algunas gentes come to our rescue en el futuro. Just wait a little more…

– I won’t wait one more second. I’m leaving… If you want you can come with me, otherwise you can rot to death in this cursed place.

– En premier ici ce n’est pas la vie, c’est plus mauvais que la mort. Deuxièmement, je sais où nous pouvons sortir et la sortie n’est pas la route…

– Oui, mais ce renseignement vous l’avez reçu de Don Genaro, cela est douteux aussi.

– Celui qui m’a dit était Anselmo un condamné et je me fis à lui, même s’il est mort.

– Je vois, mais dans tous les cas, s’il est un condamné il veut sûrement notre mort.

– Je ne m’en soucie pas, je pars maintenant. Je prendrai toutes les choses que j’ai, mes choses et je partirai

– Où, d’où pensez-vous partir?

– Par la pampa, c’est l’endroit le plus plat, j’ai un croquis et quelques armes.

– Ce n’est pas sûr. Je ne crois pas que je viendrai avec vous, peut-être que quelques gens viendront nous sauver dans le futur. Attendez juste un peu…

– Je n’attendrai pas encore une seconde. Je pars… Si vous voulez vous pouvez venir avec moi, autrement vous pouvez pourrir de la mort dans cet endroit maudit.

I felt full of new vigor and decided to leave. I got home, I took my stuff, and I put my backpack on and went out in all the people’s full view, leaving them confused. Nobody said anything.

Je me sentais rempli d’une nouvelle vigueur et je décidais de partir. Je revenais à la maison, je prenais mes choses, je mettais mon sac à dos et je sortais à la pleine vue de tous les gens, en les quittant confus. Personne ne dit rien.

When I reached the plain a chill came over my back. Again I lost the courage that left as easily as it had come, but still I forced myself to walk. « I will be my fate’s master or die trying » I muttered.

Quand j’atteignais la plaine une fraîcheur vint sur mon dos. De nouveau je perdais le courage aussi facilement qu’il était venu, mais tout de même je me forçais à marcher. « Je serai le maître de mon destin ou je mourrai en essayant », je marmonnais.

A few meters long I heard a voice calling me, it was John carrying his backpack running towards me. He only managed to shout happily « Yo ir contigo… », with a face lighted in renewed happiness. When he got to me he gave me a fraternal hug, which would be proof of our unpardonable conspiracy against our destiny, because from that moment we would go together in our search for freedom.

Quelques mètres plus loin j’entendais une voix qui m’appelait, c’était John qui courait vers moi portant son sac à dos. Il réussit seulement à crier « Je viens avec vous… », avec son visage éclairé d’un bonheur renouvelé. Quand il arriva à moi il me donna une étreinte fraternelle, qui serait la preuve de notre conspiration impardonnable de notre destinée, parce que à partir de ce moment-là nous irions ensemble dans notre recherche de liberté.

When we had already gone a long way it was noon and we stopped to eat something and recognize the land. I pulled out my sketch and saw with happiness that we could still see the points that I had marked as reference. These points where the peak of a mountain on the left and a huge rock on the right. We had to walk between two references and cross the infinite plain to find the exit.

Quand  nous avions déjà fait un long chemin c’était midi et nous nous arrêtions pour manger quelque chose et reconnaître l’endroit. Je retirais mon dessin et je vis avec joie que nous pourrions voir les points que j’avais marqués en référence. Ces points étaient le pic d’une montagne sur la gauche et un énorme rocher. Nous devions marcher entre les deux références et traverser une plaine infinie pour trouver la sortie.

In that moment John pulled a compass from his backpack and told me that we couldn’t estimate the travel time because the clocks weren’t working, we didn’t have a reference point in the direction we wanted to go, so we would only use the compass to mark the angle in which we were in relation to the mountain’s peak and the village.

À ce moment-là, John sortit la boussole de son sac à dos et me dit que nous ne pouvions pas estimer le temps du trajet parce que les horloges ne fonctionnaient pas, nous n’avions pas de référence quant à la direction que nous devions prendre , aussi que nous n’utiliserions que la boussole pour marquer l’angle dans lequel nous étions par rapport au sommet de la montagne.

I didn’t know much about these cartographie details, so I handed the sketch to John and decided that he would be the navigator. We continued walking until it began to get dark and we had to find a place to spend the night. Unfortunately there was no hiding place in the plain, so we had to set up the tent without any protection and at sight.

Je ne connaissais pas grand-chose de ces détails cartographiques, aussi je remis le croquis à John et je décidais qu’il serait le navigateur. Nous avons continué à marcher jusqu’à ce qu’il commence à faire sombre et nous avons trouvé un endroit pour passer la nuit. Malheureusement, il n’y avait pas de cachette dans la plaine, donc nous avons dû installer la tente sans aucune protection et à la vue.

For safety we decided to sleep in turns, first my partner and then me. I made the first watch in absolute darkness tired and sleepy, but without failing. It passed a lot of time in total peace and quiet, so I began to nod with sleep, but when I was almost asleep, I saw a light in the distance that immediately put me on alert.

Pour la sécurité nous avons décidé de dormir chacun à notre tour, en premier mon partenaire et ensuite moi, mais sans . Je faisais le premier quart dans la nuit absolue, fatigué et endormi. Il passa beaucoup de temps de paix et de tranquillité, ensuite  je commençais à hocher la tête en dormant, mais quand j’étais presque endormi, je vis une lumière à distance qui me mit immédiatement en alerte.

I tried to wake John up, but he was so deeply asleep that there was no force in the world able to wake him up and bring him back from Morpheus’ Kingdom. I took one of the spears and the small crossbow, loaded for any occasion like this, and I was on guard to defend my friend.

J’essayais de réveiller John, mais il était si profondément endormi qu’il n’y avait aucune force au monde capable de le réveiller et de le ramener des bras de Morphée. Je prenais l’une des lances et la petite arbalète chargée pour n’importe quelle occasion comme celle-ci, et j’étais sur mes gardes pour défendre mon ami.

I waited for the light to approach; I still didn’t know what I was facing. After a while I could see horses galloping in the distance, I saw the light and slowly took a definite shape. That light was actually a great flash of the fire quickly approaching. I thought that fire could burn our camp, so I dragged John outside the tent as fast as I could and prepared to fight if necessary.

J’attendais que la lumière approche; je ne savais toujours pas à quoi je faisais face. Après un moment je pus voir des chevaux galoper au loin, Je voyais la lumière qui prenait doucement une forme définie. Cette lumière était un grand éclair de feu approchant rapidement. Je pensais que le feu pouvait brûler notre camp, alors je traînais John en dehors de la tente aussi vite que possible et je me préparais à me battre si nécessaire.

When the fireball was close enough, I saw it was nothing but an old colonial flaming carriage pulled by horses’ skeletons snorting fire through their noses. The carriage stopped in front of me, as I watched the burning door opening stunned.

Quand la boule de feu fut assez proche, je vis que ce n’était rien d’autre qu’une vieille voiture tirée par des squelettes de chevaux reniflant du feu par les naseaux. Le charriot s’arrêta en face de moi, tandis que je regardais, étourdi, l’ouverture de la porte qui brûlait.

The most beautiful woman I’ve ever seen in life came out from the carriage, she was dressed in a rich black suit in the best style of the seventeenth century from the wealthy city of Potosi. She looked into my eyes and immediately charmed me. She spoke in a whisper and said things I don’t remember, but they left me ecstatic. I dropped my weapons to the ground without knowing what I was doing and walked amazed towards the sculptural appearance. She touched my face with her glose and I was raving. Her eyes reflected an infinite lustful sensuality, and though she spoke no words I can swear that she declared her love, and also said she would fulfill all my whims as my faithful and devoted servant.

La plus belle femme que j’avais vue dans ma vie sortit de la voiture, elle était vêtue d’un riche costume noir dans le meilleur style du dix-septième siècle de la riche cité de Potosi. Elle me regarda dans les yeux et me charma immédiatement. Elle me parla dans un murmure et me dit des choses dont je ne me souviens pas, mais qui me laissèrent en extase. Je laissais tomber mes armes au sol sans savoir ce que je faisais et marchais étonné de l’apparence sculpturale. Elle toucha mon visage de sa lueur et je délirais. Ses yeux reflétaient une sensualité lubrique infinie, et bien qu’elle n’ait pas prononcé de mots je peux jurer qu’elle me déclarait son amour, et disait aussi qu’elle remplirait tous mes caprices en tant que fidèle et dévouée servante.

In that moment she kissed me passionately and ecstasy seized me. Without words she invited me into the carriage and I agreed because I didn’t care that was the express to hell itself, I just wanted to go with her. I got into the carriage and the fire didn’t burn me, but although it had I wouldn’t have minded, since I only wanted to lose myself in those beautiful eyes, as blackest night.

À ce moment elle m’embrassa passionnément et l’extase me saisit. Sans aucun mot elle m’invita dans son charriot et j’acceptais parce que je m’en fichais que ce soit l’express pour l’enfer lui-même, je voulais seulement aller avec elle. J’allais dans le chariot et  le feu ne pouvait me brûler, mais même si cela ne me dérangeait pas puisque je voulais seulement me perdre dans ses beaux yeux comme la nuit la plus noire.

After a short galloping of the infernal horses, we arrived at her mansion. She made me get off the carriage and took me to her home with the force of her gaze; I just obeyed Like a madman.

Après un court galop des chevaux infernaux, nous arrivâmes à son manoir. Elle me fit descendre de son charriot et m’emmena chez elle avec la force de son regard, J’obéissais simplement comme un fou.

When we got to her room she took off my pants and stroked my erected manhood. She turned around and headed flirty towards some trunks, she took gold and silver coins from them and filled my pockets. Then she kissed my whole body while I went into a frenzy of lustful rage. I had to close my eyes to enjoy better that pleasure dream that consumed me.

Quand nous arrivâmes à sa chambre, elle enleva mon pantalon et caressa ma virilité érigée. Elle se retourna et se dirigea vers quelques malles, elle prit des pièces d’or et d’argent et remplit mes poches. Puis elle embrassa tout mon corps pendant que j’entrais dans une frénésie de rage lubrique. Je devais fermer les yeux pour mieux jouir de ce rêve de plaisir qui me consumait.

I remained like this for an indefinite time, but when I opened my eyes again the horror came over me, I was lying behind the village, near the lakeshore, where people went to defecate and dump their trash. John was lying beside me, without pants like me, with his eyes closed and a look of pleasure on his face. Our pockets were full of excrement and horrible dogs were licking our parts, not so noble. Joining this pathetic scene, a macabre obscene woman’s laughter could be heard in the distance.

Je restais ainsi pendant un temps indéfini, mais quand je rouvrais les yeux, l’horreur vint à moi, j’étais derrière le village près du lac, où les gens allaient déféquer et jeter leurs déchets. John était allongé à côté de moi, sans pantalon comme moi, avec ses yeux fermés et je voyais le plaisir sur son visage. Nos poches étaient remplies d’excrément et d’horribles chiens nous léchaient. Joignant cette pathétique scène, on pouvait entendre au loin un rire de femme, macabre et obscène.

À suivre chapitre 23 : « The sik’imara » : « Les fourmis ».

logo fond noir petit Brigitte Crespo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s